L A R K H I L L

Intrigue #1 ... Douce Trahison
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des émoticones ont été ajoutés à la liste dans la catégorie Divers.
Zack Ryan Tollins nous quitte... Bonne chance à toi pour la suite !

Partagez | 
 

 Rosemary VAN DER BRÜKKEN

Aller en bas 
AuteurMessage
Rosemary V. D. Brükken
    ♠ { I'm A Lethal G!rl

♠ { I'm A Lethal G!rl
avatar

Messages : 501
Date d'inscription : 14/04/2009
Age : 26

Need More !!
Âge: 16 ans
Pouvoir: Variation du rythme moléculaire
Relations en Bref:

MessageSujet: Rosemary VAN DER BRÜKKEN   Mer 15 Avr - 17:42

    >> I pour Identité <<
        Nom : Van Der Brükken
        Prénom : Rosemary
        Âge : 16 ans
        Nationalité : Américaine
        Don : variation du rythme moléculaire. Elle peut, par la force de son esprit, figer ou bien faire exploser n'importe quoi, ou qui...


    >> C pour Caractéristiques <<
        Caractère : En la regardant sur les photos ou même à rêvasser seule dans son coin, il est difficile voir quasi impossible de la deviner. En effet, bien qu'elle paraisse toute mimi toute gentille, tant qu'on la caractérise d'angélique, on a tout faux ! Elle est l'exact contraire de ce qu'elle peut laisser paraître de vue. Elle est très réservée, ça, c'est plutôt simple à savoir. Elle n'aime pas parler d'elle. En fait, elle n'aime pas parler du tout... Rosemary est quelqu'un d'antipathique qu'il ne faut pas s'amuser à trop chercher. Il est vrai que lorsque l'on la pousse à bout, il ne faut pas la prier pour qu'elle s'énerve... Juste en la dérangeant lorsqu'elle écoute de la musique vous risquez de partir en poussière ! Elle est colérique et hostile envers les autres. Il n'y a que envers ceux qu'elle respecte et qu'elle aime qu'elle peut être hypothétiquement agréable. Mais tout son sale caractère est souligné par un goût très prononcé pour la solitude, ce qui l'empêche d'avoir des gens avec qui être vivable. Elle aime être sans personne car, au final, n'ayez crainte, elle n'est jamais vraiment seule tant qu'elle a sa musique, ou même juste sa conscience.

        Goûts & Dégoûts : Rosemary aime être seule, certes, mais ce n'est pas vraiment ce que l'on peut détailler ici. Dans ses goûts plutôt matériels, ce qu'elle aime, c'est la musique et l'écriture. Elle écrit de très beaux poèmes et a une playlist composée à chaque fois d'un minimum de deux cent cinquante titres. Elle a toujours aimer s'endormir avec une petite musique en sourdine le soir. Elle passe tous les trajets de voiture ou autre avec son mp3 dans les oreilles, avec ça, elle parvient à mieux explorer son imagination. Elle est quelqu'un de très créatif qui ne peut s'empêcher, même virtuellement, d'inventer des histoires, des poèmes, ou même juste débattre avec soi-même de tout et de rien. Seule, elle ne s'ennuie jamais. Dans ce qu'elle n'aime pas, nous pouvons retrouver son antipathie, elle déteste les gens, tous aussi pourris les uns que les autres et elle la première. Elle déteste aussi tout ce qui est en rapport avec la collaboration des uns avec les autres. On ne dirait pas mais c'est très pénalisant de détester les autres, bien que ce soit, à la base, la solution de facilité qui nous empêche de vivre avec la frustration de ce que pensent les autres de nous, ou ce qu'ils feront de nous.


    >> H pour Histoire <<
        Passé : - Eh ! Romarin !! Tu sens à trois kilomètres !! Hahaha !
        Mon Dieu que leur ai-je fais pour mériter ça ? Ils sont vraiment pathétiques.. Rien qu'à les entendre j'ai l'impression d'être dans une cours d'école primaire ! Remarque, c'est un peu le cas, bien que la moyenne d'âge de l'orphelinat ne soit pas de la leur, il y a beaucoup d'enfants ici. L'influence des un par rapport aux autres, l'envie d'être considéré, enfin, tout cela leur monte à la tête plus encore que si ce n'était, en effet, qu'une cour de maternelle. Je déteste déjà cet endroit...


        Rosemary est née à Middletown. Une petite maison un peu reculée de la ville dans un quartier où tout le monde se connaissait et se croisait mais où personne ne se saluait. Tous les déchets de la société se retrouvaient ici. La jeune fille n'en est pas étonnée que son père y logeait. Il n'y avait, pour elle, que son père. En fait, sa mère est partie trois mois après sa naissance. Partie, morte, enlevée, personne ne le sait. C'aurait du être la pire des choses pour Joshua, le père, d'avoir perdu sa femme, tout mari normalement constitué devrait faire des pieds et des mains pour la retrouver, mais pas lui. Il faut dire que ces temps-ci, enfin depuis quelques années déjà, ils ne s'entendaient plus. Ils remplissaient les obligations conjugales et allaient voir ailleurs si la marchandise y était meilleure et puis voilà. C'est pour cela que Josh a toujours douté de si oui ou non Rosemary était sa fille. Lui, il l'appelait Rose. En fait, au début, il voulait qu'elle s'appelle Rose tout court, mais sa femme voulait Mary, mais avant de se tirer une balle dans la tête l'un et l'autre, ils s'entendirent pour Rosemary, cependant, elle préfère qu'on l'appelle Mary.

        Allez, courage, il faut que tu traverses toute cette foule, pensais-je dans le seul but de me rassurer. Je venais d'arriver ici, mais déjà tout le monde me regardait bizarrement. C'était très frustrant, peut-être même un peu trop pour moi... Dieu seul savait ce que j'étais capable de faire. Même moi je n'y comprenais rien. Si tout le monde savait ce que j'avais fait, resteraient-ils là à me pousser, sans s'écarter de moi ? Oseraient-ils même me regarder et me lancer des insanités ? Charmant... Deux énergumènes se battaient. C'était là la cause de leur agglutination puérile à l'entrée de Larkhill ! Je tirais avec entrain ma valise qui se coinçait entre deux jambes d'inconnus qui se bousculaient pour avoir une place à la première loge afin d'atteindre le hall, mais en vain... J'avais envie que tout le monde s'arrête, que tout reprenne un silence habituel. J'en avais... Assez...

        La maison était délabrée. Le papier-peint semi-arraché donnait une impression d'insalubrité certaine. Lugubre et poussiéreuse, on aurait dit que cette maison était abandonnée. Mais non, c'était là que logeait Rosemary et son père. Son père... Il était plutôt distant. Ils ne parlaient jamais. Lorsqu'il se levait pour aller à son travail, elle dormait encore. Lorsqu'elle rentrait de l'école, il était entrain de se morfondre derrière des tonnes de bières au pub d'une rue adjacente à la maison. Quand il rentrait, elle dormait déjà. Des petits mots, c'est tout ce qui faisait leur communication. Le rôti est dans le four ; le linge sèche dans le sellier. Fantastique ! Toute une routine était installée comme ça jusqu'au jour où Rosemary avait veillé. Elle n'aurait pas du, c'est sûr, mais le film qui passait à la télévision était très intéressant et il n'y en avait plus que pour quelques minutes. Mais ces quelques minutes furent fatale au couple et à toute la vie future de la jeune fille...

        Plus un bruit. Comment était-ce possible ? Ils gloussaient tous il y a de cela quelques millièmes de seconde ! J'avais déjà cessé d'avoir de l'espoir en ma traversée héroïque de la foule bien qu'il ne me restait plus qu'à dégager ma valise. J'ai tapé un peu ma main contre ma tête histoire de voir i je n'avais pas un bug temporaire du système réticulé activateur de mon cerveau mais non, rien n'y faisait, je n'entendais rien. Commençant à me poser des question, je me suis retournée. C'est alors que j'ai vu que plus personne ne bougeait. Quelques voitures passaient sans se demander ni pourquoi ni comment ils tenaient sans bouger mais cela ne m'inquiéta pas plus que cela. J'ai tiré ma valise, ce qui fit bouger la jambe d'un jeune homme qui tomba, redonnant libre cours aux actions de chacun. Dommage. Ce silence était tellement reposant ! Peu de choses m'étonnaient. Il faut dire que j'ai vu bien pire...

        La poignée de la porte s'abaissa en quelques sons peu audibles. Rosemary ne décrocha pas ses yeux du poste télévisé, elle attendit que la porte s'ouvre pour le faire. Elle se retourna et vit son père qui entrait. Il n'avait vraiment pas les yeux en face des trous... Elle fit la moue puis se leva pour aller l'aider à marcher. Lorsqu'elle eut mit son bras sur son épaule pour mieux le guider vers le sofa, il la poussa violemment sur ce dernier. Elle prit peur et lui ordonna d'arrêter. Elle n'avait aucune influence sur lui, elle en avait plus que conscience, cependant, il était sous l'emprise de l'alcool alors elle se pensait autorisée à le reprendre. Cependant, il ne s'arrêta pas à sa douce voix d'une intonation angélique assez faible. Au contraire, il s'abaissa vers elle et perdit l'équilibre jusqu'à tomber sur sa fille. Alors que Rosemary tentait de se dégager, il commença à l'enlacer fermement en toute douceur. Arrête ! Lâche-moi !! La ferme !!! Cria-t-il à son attention. Il lui lança une gifle brutale avant de commencer à lui enlever ses vêtements. Elle était chancelante, il l'avait frappé fort ! Mais cela ne l'empêchait pas de lui murmurer d'arrêter. Josh continuait sans y prêter attention car, à l'inverse de ce qu'elle désirait, cela ne faisait qu'accroître son plaisir de la violenter. Il la touchait de plus en plus, maintenant dévêtit lui aussi, mais avant qu'il ne soit trop tard, elle pria et désira de toute son âme qu'il cesse tout cela.

        Je m'arrêtai un instant pour observer ces êtres insignifiants. Ils étaient encore plus pathétiques que moi tentant désespérément d'arracher ma valise de leur foule quelques minutes plus tard. Je poussai la porte du grand hall de l'orphelinat. J'avais entendu dire que quelqu'un m'y attendait pour me faire visiter, mais je ne vis personne digne de ce poste. Seuls des enfants et adolescents passaient sans trop de but particulier. Cela me laissa le temps d'observer un peu la pièce. Elle était très grande, spacieuse et très bien agencée bien que le fait qu'il y ait tant d'espaces vides me donne la chaire de poule. Je savais que c'était moi qui avait un problème, alors cela ne se ferait pas ressentir dans les critiques que l'on pourrait me demander de formuler à l'égard de ce hall.
        - Rose Brükken ? Mademoiselle Brükken ?!
        - Ah ! Désolée, euh... Oui, c'est moi.
        - Je vais te faire visiter l'orphelinat, tu me suis ? Attends, je vais prendre ta valise.
        - Oui, merci. Mais c'est Rosemary ou Mary Van Der Brükken, pas Rose ni Brükken tout seul.
        - Oh ! Excuse-moi alors, Rosemary.
        Encore un faux érudit de plus sur cette Terre ! Je détestais que l'on m'appelle Rose. Cela me rappelait... Non, rien. Nous montâmes les escaliers, sur deux étages, afin d'arriver au deuxième niveau. L'homme m'expliqua que dans l'aile droite se trouvaient les orphelins de l'orphelinat Narcisse. C'est parce que leurs bâtiment avaient prit feu qu'ils étaient logés ici en attendant qu'ils soient reconstruis et que, dans l'aile droite, j'étais libre d'exposer ma véritable nature car il n'y avait que des orphelins de Larkhill. Je n'ai pas compris de suite ce qu'il volait dire, mais je n'étais pas d'humeur à pinailler sur ce genre de détails pour le moment.


        Un bruit sourd tel une explosion retentît alors dans la pièce, ce qui fit réagir tous les murs constituant la maison et faire se protéger de ses mains son visage la jeune fille. Cela ne dura qu'une fraction de seconde, après quoi elle ouvrit les yeux. Des morceaux comme des morceaux de charbon avaient repeints tout le salon. Rosemary tenta d'en prendre dans ses douces mains mais cela s'effritait à son touché. C'était plus de la cendre qu'autre chose finalement. Elle l'avait fait explosé. Elle ou alors était-ce un miracle ? En tout cas, sur le moment, c'est Dieu qu'elle remercia. Mais son rythme cardiaque commença à s'accélérer lorsqu'elle se demanda ce qui allait se passer après. On allait la questionner sur son père... Où était-il passé ? Elle aurait put leur dire qu'il s'était évaporé, qu'il avait claqué la porte et qu'il s'était évadé de chez lui, mais elle n'était pas douée pour mentir, mais alors vraiment pas ! pour vous donner un ordre d'idée, la méthode du silence était moins flagrante que l'un de ses mensonges. Du coup, elle décida de partir, très loin. Elle courut, piqua un vélo et parcourut des kilomètres et des kilomètres ainsi et même en stop. Mais la police la rattrapa bien avant qu'elle n'ait put quitter le New Jersey... Ne sachant pas ce qu'il était advenu de son père et n'ayant trouvé aucun membre de la famille de la jeune fille, ils décidèrent de placer cette dernière dans un centre d'accueil en attendant. Mais l'orphelinat Larkhill contacta rapidement ce centre afin de leur proposer d'amener Rosemary chez eux, ce qui fut accepter.

        Famille : Rosemary n'a jamais connu sa mère. Elle était pourtant bien plus respectable que son père... C'est d'elle qu'elle a ce don de varier le rythme moléculaire des objets et des être vivants. C'est assez frustrant d'avoir ce don mais elle ne le considère pas vraiment comme tel. Ce n'est que le fait que sa volonté est exaucée. Dans cette optique, elle pense qu'au fond, tout le monde est capable de faire la même chose qu'elle. Son père, lui, c'était un idiot ivrogne complètement à côté de la plaque.

        Liens :
          Walter Sullivan >> Les jours et les mois passèrent, j'étais toujours de plus en plus seule. Sauf ce garçon qui venait souvent m'embêter dans ma chambre où je passer les trois quart de mes journées. Walter Sullivan, le fils adoptif du directeur. C'est fou ce qu'il peut m'énerver ! Mais je l'énerve aussi et on se défoule ainsi mutuellement, alors peut-être que cela m'en fait un ami...

          Pandora Wellington >> C'est souvent à sa table que je venais manger. Il y avait une table de libre lorsque j'arrivais dans la file du self-service au réfectoire, mais à chaque fois, le temps que je sélectionne mon repas, elle avait prit ma place. Du coup, je m'asseyais à ses côtés. Cela restait la table la moins bondée de l'endroit. C'est ainsi que nous en sommes venues à discuter de tout et de rien, devenant très amies.

          Stéphanie Helmart >> Une jeune fille bien spéciale qui vient souvent me déranger lorsque j'écoute tranquillement ma musique assise sur un banc dans le parc, mais ce qui m'exaspère le plus chez elle ce sont ses sourires faux et sa gentillesse tronquée. Je ne sais pas où est-ce qu'elle veut en venir avec toute cette mascarade mais si elle veut devenir mon amie, ce n'est sûrement pas comme cela qu'elle doit s'y prendre !


    >> T pour Toi <<
        Pseudo : Bad-Slayer
        Âge : 16 ans
        Avatar Utilisé : Ellen Page
        Code du Règlement : ///
        Comment as-tu connu Larkhill ? J'en suis fondatrice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://larkhill2.forumactif.com
 
Rosemary VAN DER BRÜKKEN
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» angraecum lady rosemary x sesquipedale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L A R K H I L L :: G E S T I O N :: 
* Présentations
 :: Présentations Validées
-
Sauter vers: